Les villes sont de plus en plus connectées, et la manière dont nous achetons, vendons et échangeons évolue elle aussi. Les magasins disparaissent de nos zones piétonnes et de nos centres-villes. Pour beaucoup d’entre nous, il est plus commode de faire ses courses en ligne. Pour autant, le commerce de détail et la restauration ne sont pas morts, et les points de vente physiques misent sur des atouts qui restent exclus via Internet : l’interaction, la personnalité et le fun.

Les petits commerces font partie intégrante du tissu urbain et symbolisent l’énergie d’une ville. Les bavardages et les bruits de fond, le mélange de parfums, les textures des matériaux et des surfaces, tout cela plonge nos sens dans une atmosphère vivante et dynamique. Les progrès de la technologie condamneront peut-être à la fermeture un quart des centres commerciaux existants dans les cinq prochaines années, mais une nouvelle génération de détaillants et de restaurateurs use de moyens innovants et originaux pour nous séduire.

b8ta, plusieurs établissements aux États-Unis

Les magasins de quartier ont un énorme avantage sur les boutiques en ligne : ils proposent une irremplaçable expérience de contact. Entre, prends ton produit en main et fais-toi une idée avant de l’acheter. C’est le principe.

b8ta est une chaîne à dominante technologique qui encourage ses clients à toucher et à tester. Les magasins (le premier a ouvert ses portes à Palo Alto, en Californie, au mois de décembre 2015) exposent moult gadgets et accessoires sans emballage. La plupart d’entre eux ont été conçus par des start-ups qui ont du mal à percer en ligne. En les présentant de cette manière, elles bénéficient d’une vitrine inespérée.

Sur l’étalage, chaque produit est accompagné d’une tablette qui fournit davantage d’informations, par exemple les spécifications ou la comparaison des prix avec les boutiques en ligne qui le stockent.

L’accent est résolument mis sur l’exploration, la découverte et l’expérience des nouvelles technologies et des appareils connectés susceptibles d’améliorer l’interaction avec notre habitat. Les assistants b8ta (les « testeurs ») sont prêts à réaliser des démonstrations et se mettent en quatre pour satisfaire leurs clients.

Librairie Zhongshuge, Chengdu, Chine

Les librairies se battent contre la baisse des ventes et la progression des e-books depuis plusieurs années déjà. Il n’est donc pas étonnant qu’elles cherchent des moyens pour se réinventer. Devenues temples de la culture, elles ne se limitent plus à des étagères chargées de livres entre lesquelles on peut parfois prendre un café sur un coin de table en parcourant les différents titres.

Dans la librairie Zhongshuge à Chengdu, chaque pièce est pensée pour susciter la nostalgie et créer des souvenirs magiques. Dans la section pour enfants, les plafonds miroirs, les moulins en bois et les gigantesques champignons nous propulsent entre les pages d’Alice au pays des merveilles ou d’un roman de Roald Dahl.

librairie surréaliste à Chengdu, en Chine
Illusion d’optique : les plafonds miroirs de la librairie Zhongshuge.
Photo : Shao Feng

Runner Camp, Shanghai, Chine

Paradoxe des villes en perpétuel mouvement, il peut être difficile de trouver le temps de faire de l’exercice. À Shanghai, la boutique de sport Runner Camp a trouvé la parade : un centre de fitness et des douches sont installés au second étage.

Une cage d’escaliers orange divise la pièce en deux et zigzague dans la boutique. Ses larges marches sont parfaites pour tester ces nouvelles baskets qui te font de l’œil.

Molecure Pharmacy, district de Taichung, Taiwan

Il y a plus glamour que d’aller chercher ses médicaments contre la grippe ou la gastro dans une pharmacie dominée par le blanc, le vert et le bleu pâle. Un pharmacien taiwanais espère bien détourner cette image stérile.

Dans son officine, des tables de laboratoire en bois massif parsemées de plantes confèrent à l’espace un caractère naturel et organique. Les médicaments et autres traitements sont exposés dans des flacons et des emballages aux teintes chaudes sur des étagères minimalistes. On en oublierait presque qu’on est malade.

tables de laboratoire en bois parsemées de plantes
Des matériaux naturels adoucissent l’atmosphère stérile des pharmacies.
Photo : Kuomin Lee

Original Unverpackt, Berlin, Allemagne

La nourriture est une autre production que la technologie a révolutionnée. Où que nous soyons et quand nous le voulons, il suffit d’un clic de souris pour commander à manger. Le problème, c’est que nous avons les yeux plus gros que le ventre, et que nous gaspillons énormément.

Le supermarché sans déchet berlinois Original Unverpackt a fait de cette question son cheval de bataille. La majeure partie des aliments vendus ne sont pas emballés, une expérience visuelle surprenante au premier abord qui en réalité signifie : zéro déchet plastique.

Fini les paquets pré-pesés : les produits comme les céréales, les haricots et le riz ne sont pas emballés et les consommateurs doivent savoir de quelle quantité ils ont réellement besoin. Un must pour les acheteurs avisés.

Solera, Cologne, Allemagne

Bien sûr, nous pouvons regarder des vidéos sur Internet pour nous informer sur la nourriture que nous achetons et la manière de la préparer. Mais rien ne vaut une expérience de première main !

Solera est un supermarché indépendant de Cologne qui vend des produits fins espagnols. Éclatant de jaune, rouge et bleu contrastés d’un noir anthracite, on dirait le plateau-télé d’une émission culinaire des années 1980 ou 1990. L’espace comprend une cuisine et une aire de travail réservée aux séminaires ainsi qu’aux cours visant à éveiller l’intérêt pour l’histoire et le goût pour les délices de la gastronomie espagnole.

extérieur coloré du supermarché Solera
Un cours de cuisine au supermarché ? Si, chez Solera.
Photo : Masquespacio

Gelatoscopio, Mexico, Mexique

Bien qu’il soit bon de manger sainement et de mener une vie active, un petit plaisir de temps en temps ne fait pas de mal.

Spécialement pensé pour titiller nos sens, le glacier Gelatoscopio à Mexico nous veut du bien. La devanture en métal ondulé donne le ton avec sa couleur vert menthe.

Aucune vitrine ne le sépare de la rue. Au contraire, les piétons intrigués sont invités à venir toucher la paroi et ses divers éléments. Quelques ouvertures permettent de passer commande et d’assister à la préparation des glaces.