Se trouver au sommet fait parfois l’effet d’une baguette magique. Quelle que soit l’altitude et la saison, cela nous fait oublier la jungle urbaine. D’en haut, les codes urbains s’effacent et les passants s’extirpent du quotidien hivernal ou de la langueur de l’été l’espace d’un instant. Petit index des dix toits-terrasses les plus classes au monde.

Le bar le plus long de Shanghai, un rooftop secret

Que ferais-tu d’une pile de portes en bois traditionnelles si tu étais en Chine ? La société d’architecture V10 a construit le bar le plus long de Shanghai. Cet espace valorisé, la plateforme idéale pour regarder les nuages défiler entre les gratte-ciel, est le fruit d’une commande pour le café franco-israélien Bread Etc alors en quête d’un lieu secret pour servir leurs produits.

Terrasse en toit du plus long bar de Shanghai.
Le plus long bar de Shanghai.
Photo : V10 Ventunozerodieci

La structure au design mûrement réfléchi fait plus que de divertir les convives. Le soir, il se transforme en installation vidéo. Un plafond avec LED intégrées plonge le bar en-dessous dans une douce lumière. Découvre le making-of du bar ici.

Le bar secret vu du ciel dans la nuit.
Vue aérienne du bar secret conçu par V10.
Photo : V10 Ventunozerodieci

Jardin sur le toit du Metropolitan Museum à New York

Non, le magnifique Metropolitan Museum of Art (dit Met) de New York ne peut pas se contenter d’une simple terrasse en toit avec vue sur la ville et cocktails en soirée. Cela serait manquer de goût. Le musée pousse l’expérience artistique au sommet avec sa commande annuelle Roof Garden, invitant chaque année un nouvel artiste à réaliser une installation in-situ.

Des éclaboussures rouges composant un feuillage sur les dalles à des sculptures mêlant humains et objets exposés au Met, en passant par des commentaires sur le système de surveillance, le jardin en toiture repousse ses limites et continue d’éblouir les visiteurs.

Sculpture colorée sur socle dans le jardin sur le toit du Met.
Une proposition de Sol LeWitt pour le jardin sur le toit du Met.
Photo : Flickr/Tom Wilson (CC BY 2.0)
Une femme sur la terrasse du jardin sur le toit donnant sur Central Park
Vue imprenable sur Central Park.
Photo : Flickr/Sam Saunders (CC-SA BY 2.0)

Your Rainbow Panorama, Danemark

Point de rencontre entre les confins de la ville et l’orée du ciel, le toit est le lieu où nos perceptions se déforment et où l’on se laisse aller à la rêverie. Olafur Eliasson est certainement l’artiste idéal pour saisir cette idée et la refléter dans une œuvre d’art… appelée Your Rainbow Panorama. Rends-toi au ARoS Aarhus Kunstmuseum au Danemark pour découvrir cet espace arc-en-ciel.

Tous les visiteurs ont accès à ce tube circulaire haut perché dans les airs. Ses vitres teintées interagissent avec la lumière naturelle et sont éclairées la nuit. Un régal pour les yeux et la pensée.

Your Rainbow Panorama au musée Aarhus
Un arc-en-ciel dans la nuit, le musée d’art ARoS.
Photo : Axel Schutt
Des silhouettes devant le coucher de soleil depuis Your Rainbow Panorama
Observer le coucher de soleil depuis l’œuvre d’Olaf Eliasson.
Photo : Ole Hein Pedersen

Klunkerkranich, Berlin

Tous les Berlinois connaissent le Klunkerkranich, une oasis de fantaisie dominant le quartier populaire et désormais branché de Neukölln. Tu y trouveras un bar, un restaurant, un espace lounge de plein air, une piste de danse et des installations artistiques.

Ce lieu bouillonne d’énergie les jours d’été, attirant surtout les riverains désireux de se prélasser en bonne compagnie à l’écart des pots d’échappement et de l’effervescence des trottoirs.

Une tête de chat et diverses décorations sur le toit de Klunkerkranich.
Vue panoramique des toits de Berlin en été.
Photo : Julian Nelken

Aménagé au-dessus d’un parking à étages, Klunkerkranich est un joyau bien caché. Les curieux qui auront le courage de monter jusqu’en haut seront sûrement abasourdis de trouver un rooftop tentaculaire dont la vue sur la ville et l’ambiance valent bien une ascension sportive.

Un jeune homme assis regarde le soleil se coucher sur Berlin
Ambiance crépusculaire sur la terrasse Klunkerkranich.
Photo : Julian Nelken

OUE Skyspace, Los Angeles

Depuis 2016, le sommet du plus haut building de Los Angeles a ouvert au public et propose une expérience renversante… voire terrifiante. Car c’est terriblement grisant de se laisser glisser d’un étage à l’autre ! Si tu visites la légendaire US Bank Tower, tu peux te rendre du 70e au 69e étage par un toboggan de verre. L’occasion de voir le downtown de la Cité des anges défiler à toute vitesse sous tes yeux.

Deux barmen souriants au OUE Skyspace
Point de rencontre haut perché à Los Angeles.
Photo : OUE Skyspace Los Angeles

En revanche, pour les personnes averses à l’adrénaline, OUE Skyspace propose une terrasse couverte et découverte accessible sans toboggan, de quoi s’émerveiller de jour comme de nuit.

Séance de yoga sur la terrasse découverte de la US Bank Tower
Bouffées d’air matinales au sommet de la US Bank Tower.
Photo : OUE Skyspace Los Angeles

Skylight, Londres

Que celles et ceux qui s’imaginent que passer l’après-midi à jouer au criquet ou à la pétanque tient du passé se ravisent. Ces loisirs ne sont pas morts. Ils sont même très prisé dans les lieux branchés comme à Skylight, un bar occupant le toit du Tobacco Dock à Londres.

Soirée festive sur le bar de plein air Skylight.
Le lieu où se faire des amis à Londres.
Photo : Steve Dunlop

Cet espace qui servit de parking autrefois est maintenant une destination très estimée des Londoniens. Ils s’y rendent pour savourer un cocktail et regarder le soleil se coucher. Non content de ses jeux, Skylight propose aussi une carte de street food épatante, ajoutant à l’atmosphère rétro une touche absolument géniale.

Une personne tenant un maillet sur une pelouse synthétique.
Skylight t’invite à jouer au criquet.
Photo : Steve Dunlop

Skypark, Hong Kong

À quoi ressemble un rooftop nouvelle génération ? Le studio d’architectes néerlandais Concrete s’est posé cette question pour répondre à une commande de Skypark, un espace de coexistence de luxe à Hong Kong destiné à la génération Y.

Leur solution prend en compte le besoin d’espace communautaire avec des coins privés, de divertissement et de plaisir simple comme celui de contempler la ville d’en haut – et ce à travers un plan au sol très fluide.

Les résidents bénéficient d’une discothèque à demeure, d’un cinéma en plein air le vendredi soir, organisé sur une volée de marche se transformant en gradins, en plus d’une zone réservée aux barbecues et pique-niques. Tout s’utilise l’esprit tranquille puisque tout consomme de l’énergie durable et de l’eau recyclée.

La tour Guinigi, Lucques

Tandis que les terrasses du monde moderne rivalisent d’idées et de design, incorporant piscines, toboggans et bars exotiques, la tour Guinigi à Lucques se tient droite comme un i sous le soleil toscan depuis 600 ans.

Des arbres ont poussé au sommet de la tour Guinigi
Le bosquet aérien de Lucques, Italie.
Photo : Flickr/Pedro (CC BY 2.0)

Érigée en plein cœur de la zone renaissance bien préservée de la ville, ce toit dégagé n’accueille rien d’autre que sept chênes s’élevant vers les nuages. Si la vue de la terrasse peuplée d’arbres étonne, on s’extasie davantage encore de pense qu’on se trouve à l’ombre d’un arbre à plusieurs mètres de haut.

Cage d’escalier à l’intérieur d’une tour en brique rouge
45 mètres avant la vue ombragée sur la cité Renaissance.
Photo : Flickr/linearclassifier (CC SA-BY 2.0)

Waldspirale, Darmstadt

De passage à Darmstadt, il est un lieu à ne pas manquer : un édifice en forme de U des plus insolites. On dirait un gâteau épais nappé d’une couche de jardin et de perles de sucre dorées. Les fenêtres ont des formes bien étranges.

Ce quartier résidentiel appelé Waldspirale ou « spirale forestière » sort tout droit de l’imagination de l’artiste autrichien Friedensreich Hundertwasser, connu pour ses oeuvres excentriques, pétillantes et colorées. À la fois futuriste et antique, la conception est si originale qu’elle paraît hors du temps.

Les habitants profitent d’un jardin haut perché dont l’organisation florale est aussi foisonnante que le bâtiment lui-même. On y trouve des tilleuls, des hêtres et des érables.

8 House, Copenhague

Qui a dit qu’un toit devait être plat ? Le complexe architectural 8 House à Copenhague offre les délices d’une balade sur pente herbeuse. Conçue par Bjarke Ingels, 8 House a remporté le prix du logement en 2011 au festival mondial d’architecture 2011.

Vue extérieure d’un complexe résidentiel géométrique et futuriste à Copenhague
L’impressionnant complexe 8 House de Bjarke Ingels à Copenhague.
Photo : Jens Lindhe

Ce lieu unique héberge non seulement des logements privés mais aussi des boutiques. On dirait un microvillage en forme d’un huit. La toiture à la déclivité herbeuse rappelle l’esprit initial de l’architecte : repenser la communauté. Si ça se trouve, c’est le seul toit au monde muni d’une piste cyclable partant de la rue.

Des arbrisseaux devant chaque entrée d’un complexe architectural contemporain.
Une ambiance privilégiée.
Photo : Ty Stange